BACK TO SCHOOL

Lundi soir 6 septembre…

Emilie a perdu son cerveau, c’est à peine si elle se souvient encore de son nom.

Les mots et les phrases apprises durant ce mois de vacances sont totalement oubliées. Elle ne reconnaît même plus sa droite de sa gauche (ce qui s’avèrera nécessaire à l’ouverture de son casier scolaire… Plus simple qu’une clé, un code ! Une combinaison à 3 chiffres. Pour le premier chiffre, un tour à droite, pour le second, un tour à gauche en repassant devant le premier chiffre, pour le troisième, re-tour à droite… C’est vrai qu’une clé, c’était trop simple !!! )

L’Homme et moi révisons avec elle tout ce qu’elle aura à accomplir le lendemain matin.

Prendre un premier bus à l’autre bout de la sub-division, aller jusqu’à la middle school de son quartier, sortir du bus ( c’est à dire se jeter dans une foule d’ennemis potentiels), chercher le bus suivant (au milieu d’une forêt de bus jaunes), demander si c’est le LLE bus ( English Language Learner), sauter dedans.( ou non… se diriger vers lui nonchalamment, sans se presser, vitesse ado)

A l’arrivée, trouver sa « homeroom », c’est à dire la room où nobody speaks english, où d’autres, comme elle, auront ce beau regard de philosophe débordant d’une intelligence certaine…mais cachée !

Elle me lance des regards terrorisés, sous-entendant que je lui demande pratiquement d’aller sur la lune… ou en tout cas, d’embarquer sur la navette qui y va !

23h00… Emilie ne dort toujours pas… Je me souviens d’elle quand elle avait 5 ans, debout dans le couloir au beau milieu de la nuit, insomniaque.

            -J’aaaarrrrive pas à dormir maman

-C’est sûr que debout, dans le couloir, la lumière en pleine tronche, tu vas y arriver !!!

Elle est maintenant dans sa phase maladie…mal aux oreilles ( va-t-elle faire une otite nerveuse ?), mal au ventre, envie de vomir( là, je suis tranquille !!! avant qu’elle se mette à dégobiller de l’eau passera sous les ponts)…

            -J’entends mon cœur battre dans ma poitrine

            -Mais c’est bon signe ça ma chérie ! Ca prouve qu’il marche toujours…

             Elle me fusille du regard… Elle veut ma mort, ou en tout cas, que je souffre très très longtemps !

Nous répétons encore et encore la phrase choc du jour(c’est moi qui l’ait inventée celle-là :

     -Ton pire ennemi c’est toi même, all is going to be fine ! (mais oui ma chérie, tu vas y arriver !!!! )

Mardi matin…

5h30…Le réveil de l’Homme sonne… et je manque faire une crise cardiaque.

Commence pour moi un vrai marathon qui se terminera à 9h00, si je suis bien organisée !

Dehors il fait nuit noire et un temps de gueux… (va falloir sortir vestes et bottes ).

Je saute sous la douche, partageant ainsi la salle de bain avec l’Homme ( ce qui n’arrive jamais !!!, ce que je déteste, ce qu’il hait…) en réfléchissant à comment je vais faire pour justement tout faire dans les temps et remonter le moral des troupes !

( car oui, je sais ce qui m’attend… )

5h40, l’Homme entre en grognant

            -Y a pas de lumière dans la chambre d’Emilie, c’est normal ??

Ben non, c’est loin d’être normal… Je saute dans mes fringues, encore trempée de ma douche, voir ce qui se passe.

Son réveil a bien sonné…3 fois… et elle n’a rien entendu !( dira-t-elle).

Je la secoue jusqu’à ce qu’elle ouvre un œil. Elle est de mauvais poil…

(mais elle m’avait prévenue la veille ! ).

Elle répète ses 4 mots de vocabulaire, appris la veille :

            -My name is Emilie, i’m french, can you repeat please, i don’t undersand, what does it means ?

Avec ça, elle va s’en sortir !!!

Sa droite n’est toujours pas revenue…sa gauche non plus…

Je me sèche les cheveux à la vitesse de l’éclair pendant qu’elle émerge.

L’Homme est déjà dans la cuisine, il attend… il nous attend… et cherche dans sa tête les paroles réconfortantes qu’il faudra prononcer en cas de crise matinale.

Il faut dire que l’Homme est nul, archi-nul en chialeries féminines… Le pauvre !!! Il passe des heures à chercher le truc à dire en cas de déprime sévère, et à chaque fois, il rate !

Il rate tellement bien que quand il ouvre la bouche, il finit pas dire un truc qui va t’énerver encore plus, ou te rendre triste encore plus… Résultat, la crise s’intensifie, les pleurs aussi et ça finit en engueulade mémorable !

            -Mon petit chou, tu vas te taire ce matin… Je vais faire ma méthode… Le coup de pied au cul, y a que ça qui marche !

Je fonce vers la cuisine, it’s lunch-box time now !

Et oui, cela fait parti de mes nouvelles attributions de super mum !!!

Préparer le lunch de mes filles. Ce qui est génial, c’est que dans le pays du fast-food, les écoles qui proposent frites à tous les repas (lundi : frites/hotdog, mardi : frites/chicken, mercredi : frites/hamburger, jeudi : frites/cheesburger – mais non c’est pas la même chose que mercredi, vendredi : frites/crackers ) t’expliquent, par courrier et par mail, que tu dois donner à tes gosses des « healthy lunchs » , mais rien qui  se mange avec une cuillère ou encore plus dingue, une fourchette ( au fait, c’est quoi ce truc ??? et ça sert à quoi ??? ). Les ustensiles qui te rendent humains sont interdits !!! (au cas où tu foutrais du C4 à l’intérieur et que tu voudrais rejouer Columbine ).

Tu ne dois pas non plus fournir d’aliment à base de « nuts » , quel que soit le type de nuts. Si ton repas pour débile mental que tu bouffes avec les doigts, contamine le repas du voisin, lui allergique, tu risques gros, et tu peux le faire mourir !!!!

Entre nous, si les mômes n’étaient pas élevés au peanut butter dès le biberon, il y aurait moins d’allergiques dans ce pays ! J’dis ça, j’dis rien…

Emilie est en état de décomposition avancée… On dirait qu’elle a été violemment mordu par l’autre taré de Twilight..

Ses yeux lancent des éclairs…

            -Oui je sais !!!! Mon pire ennemi blabla et all is gonna be fine ! ( ben voilà, et une phrase de plus, une !!!! )

Elle laisse ses céréales dans son bol. Impossible d’avaler quoi que se soit…

 6h30, c’est l’heure de partir…

Elle enfile ses chaussures à la vitesse de l’escargot. J’aurai du prévoir un corbillard pour l’emmener jusqu’au bus.

L’Homme va l’accompagner ce matin et surtout s’assurer qu’elle montera bien dans le bus !!!! ( et le bon ! Nous lui avons suggéré d’écrire sur un panneau «  is that the ELL bus « ? Mais elle n’a pas voulu en entendre parler !!!)

Gros câlins, derniers bisous…

            – Good luck. All is gonna be fine !!!

Mon cœur de super mum se serre un peu… Je sais que ce que je lui demande est difficile… Mais je sais aussi qu’après ça, elle pourra tout affronter.

Dans 6 mois, on se marrera en lisant cet article

(enfin j’espère ! )

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s