Holiday first day : let’s enjoy the break !

Bon, je vous la raconte alors ma première journée de congé ?

C’est l’Homme, très fier de sa petite phrase, lorsque je lui disais par sms, la semaine dernière, que j’étais fatiguée le matin en me levant, qui a trouvé cette merveilleuse approche positive ( comme il sait si bien faire ) d’affirmer, qu’à partir du 18 juin ( et ça n’a rien à voir avec l’appel ), je serai officiellement en congé et cela jusqu’au 4 septembre.

Comment en est-il venu à me sortir cette énorme connerie ? 

C’est facile !

Il s’est basé sur un fait simple et unique : à partir du 18 juin, je n’aurai plus besoin de  ramper hors de mon lit pour commencer ma journée en tartinant les sandwichs de mes adorables filles si douces et de si bon poil au réveil, que je poserai délicatement dans leurs sus-dites lunch boxs ( de merde) accompagnées d’un healthy snack ( fruit et yaourth dans mon monde, crackers et pop corn au beurre de cacahuète dans le monde américain ).

Effectivement, après analyse, je n’aurai plus besoin d’exécuter cette tâche hyper gratifiante qui n’a pour but que de me donner bonne conscience quand on voit les menus qui sont proposés au truc appelé cantine scolaire. 

A la place, j’aurai l’immense privilège de préparer 3 repas par jour ! (et de la fermer… Oui, n’ayons pas peur des mots )

Ma journée de congé a donc démarré ainsi…

Réveil 5h15, comme tous les autres jours, de mon incroyable vie, depuis que je la partage avec l’Homme. Pas de sommeil pour les braves (ni pour les abruties dans mon genre d’ailleurs). Vous l’entendez la petite phrase cruelle que vos parents vous ont implacablement répétée tous les jours durant votre enfance ? Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt ? (ça vous parle ?)

Je dois être un peu conne moi, parce que le monde, il en a strictement rien à carrer de ma tronche à 5h15. Mon monde se limite à un microcosme bien endormi qui péniblement, des traces d’oreillers sur tout le visage, se lèvera avec beaucoup de mal vers 9h45 en annonant des trucs de genre : 

« -Y a quoi pour le petit déj ? »

J’en étais où déjà ? Ha oui. 

Donc lever 5h15… Pourquoi s’inflige-t-elle ça, me direz-vous ? 

Pour faire la maligne ? Pour se faire plaindre ? 

La réponse est autrement plus simple et bassement réaliste : parce que notre salle de bains est contigüe à notre chambre à coucher, et que l’Homme, avec toute la mauvaise volonté qui le caractérise, refuse obstinément de partir au bureau sans prendre sa douche.

« -Je ne peux pas démarrer ma journée sans douche… »

« -Moi, je ne peux pas démarrer ma journée à 5h15 avec 3 enfants qui vont se trouver dans mes pattes toute la journée ! »

Qui gagne ? La douche évidemment. 

Je le suis à la trace mon éléphanteau de mari. Il descend l’escalier de son pas lourd et animal. Il n’a pas encore le son… ni l’image… Au bas des escaliers, silence. Il est mort ? Il ne bouge plus… Nan les copines, il checke d’abord ses mails pour savoir de quelle humeur il va être ce matin. Qui va bien pouvoir le faire chier aujourd’hui ? Avec le décalage horaire, y a des candidats, c’est sûr ! 

Ca y est, il bouge enfin, se saisit de la cruche de la machine à café, met de l’eau dedans ( à fond il fait couler l’eau, un filet, c’est juste trop long pour lui). 

MK pleurniche. Ouais, elle aussi, elle l’a entendu… Il appuie sur le bouton, et remonte l’escalier de son pas toujours aussi léger, la tête déjà pleine de ses emmerdes du jour et il ne m’a même pas encore vue !

Voici 1 an que nous habitons dans cette maison, il n’a toujours pas intégré que près de la chambre de la petite, il y a une imperfection dans le sol qui fait que si on marche dessus, le sol tremble. Le sol tremble donc tous les matins, invariablement ! 

Il repasse pas la chambre pour gagner la salle de bain. Là, c’est tout pareil tous les matins : il sort la mousse à raser de son flacon, le repose délicatement sur le meuble en essayant de l’y encastrer, se rase, allume la douche, laisse couler pour que l’eau chaude arrive, se colle en-dessous, cherche désespérément le shampoing  (je lui tends des pièges dingues puisque l’après-shampooing est exactement le même que le shampooing : il y a juste écrit conditionner au lieu de shampoo sur le flacon ) en jouant avec les bouteilles, se savonne ( enfin je suppose ), sort de la douche, se sèche, ressort de la salle de bain direction le dressing  ( toujours dans notre chambre ) et contemple son placard, plein phare façon Versailles. 

Que va-t-il mettre aujourd’hui ? Le choix est c’est vrai cornélien… 

Comme j’ai viré toutes ses chemises jaunes, rouges, vertes, et violettes, il ne reste donc que du bleu ( beaucoup), du blanc ( assez ) et du rose ( un peu ). 

Je vais donc devoir virer encore au moins 2 couleurs pour qu’il puisse avoir l’esprit tranquille mon Tom Pouce et passer ces 5 minutes de temps perdu dans la cuisine à lire ses foutus mails ! Il a trouvé : ce sera bleu ( oui parce que blanc, c’est que quand il a des meetings hyper hyper importants ), comme presque tous les autres jours !

Il ressort ( de son dressing je veux dire ) et voit ma lumière allumée.

-Je t’ai réveillé ?

-Non, tu penses… Ca fait 5 ans que je suis insomniaque…

Petit déj en duo. Enfin, petit déj pour lui parce que moi à 5h30, la faim est très loin de me tenailler. Il mange donc, je le regarde. Il débite son planning de la journée ( ça c’est juste parce que je le lui demande ) et finit par me demander quel sera la mien. 

Pour sûr, le mien sera intellectuellement très riche et varié : vocalises à 10h00 ( putain, c’est quoi ce bordel dans la cuisine ?, t’as toujours pas fait ton lit ?, tu vas me ranger tes chaussures qui sont au milieu du passage oui ou merde !), préparation du déjeuner à 11h00, taxing l’après-midi en fonction des desidarata de chacune, préparation du diner à 17h00… 

Comment ne pas se réjouir de la journée qui arrive hein ? Je vous le demande !!!

Sauf que cette année, j’ai bourré leurs petits crânes d’oeuf avec le travail de vacances ! 

Voici donc venu le temps des rires, des chants… et des cahiers de vacances ! 

Youpi !!!

Après un an à se focaliser sur l’anglais, sa grammaire, son orthographe, ses idiomes, il est grand temps pour mes girls de reprendre un peu en main leur français !

Chacune a donc 2 cahiers de vacances de français, à son niveau, qu’elles doivent avoir terminé en juillet.

On peut penser que le niveau CE2 est très différent du niveau 4ème… que nini !

Niveau des connaissances à l’instant T pour Lou-Anne  : néant

Connaissances sensées être acquises pour Emilie : néant

Emilie travaille…ou fait semblant…

1 heure déjà qu’elle bosse sur son chapitre 1  » Le verbe, le nom, l’article, l’adjectif ».

La maman hyper positive et optimiste que je suis, se disait »easy », elle va me torcher ça en 10 minutes. Penses-tu !!!! Elle rencontre des difficultés que je n’avais ni envisagé, ni même imaginé.

Niveau 4ème donc…

Première question de ma championne

– C’est quoi maman un article déjà ? ( le « déjà » est indispensable en fin de phrase car il indique que oui, elle en a une vague idée et que pour être sûre d’avoir tout bien compris, elle pose juste une question rhétorique de vérification )

– Défini ou indéfini ?, je demande

Elle me regarde avec ses yeux de cocker…

        -Ah, parce qu’il y a des articles définis et indéfinis ?

Seconde question bien plus pointue : 

– Maman, comment on reconnait un nom déjà ?

A mon regard halluciné, elle comprend que je suis borderline. Elle s’empresse de me préciser qu’elle a vraiment tout oublié et qu’elle a juste envie de pleurer… 

C’est sûr qu’après la bonne baffe que je vais lui coller dans deux secondes si sa mémoire ne revient pas illico, et la privation de son PC et  téléphone portable jusqu’à ses 25 ans si elle ne fait pas vite vite vite un petit effort, elle a raison d’avoir un peu peur ! 

Comme par magie, y a un truc qui semble faire tilt dans sa caboche.

Arrive alors un magnifique texte à trous hyper compliqué, au moins niveau Terminale ( et encore, je me demande si c’est pas niveau Fac )… Dans les troutrous, il faut mettre des adjectifs qualificatifs en s’interrogeant sur le genre et le nombre du nom pour choisir le bon accord.

Waouh !!!! Non seulement il faut lire toute la phrase, en piger le sens profond, mais aussi choisir des adjectifs qui accolés au nom donnent un sens à cette même phrase.

Là, on frôle quand même l’hystérie collective !

Au problème de connaissances s’ajoute un sérieux problème de concentration… 

Mon ado pense clairement à autre chose… Et son téléphone qui s’allume toutes les minutes me le prouve sans aucun doute ! La dernière facture de téléphone montrait 1352 sms ( en un mois évidemment, pas à l’année, merci le forfait sms gratuits ). Naïvement, l’Homme et moi pensions que c’était déjà énorme. Mais non, sa BFF ( best friend forever ) en envoie 3500. Ma fifille est donc une vraie looseuse !

A la question 4A, réécrire les 2 dernières phrases du texte, elle réécrit les 2 premières…

Elle fulmine quant à la question 4B, on lui demande de trouver une suite à ce texte.

– C’est déjà emmerdant comme la pluie ce texte, qu’est ce que tu veux que je trouve comme suite à ce truc ????

Après la question 5, au bout d’une bonne heure d’efforts ( dont 50 minutes à râler ), elle décrète qu’elle va faire une pause et annonce qu’elle descend dans le sous-sol se regarder un truc. 

– A 11h00 du matin ?, je lui demande

Non ma grande, pas de télé le matin. En plus de tes 2 cahiers de vacances en français, tu as 5 livres à lire pour ton cours d’anglais de l’année prochaine. 

(Etant donné que l’étude de ces livres se fera en anglais, il est nécessaire de les lire en français d’abord pour y comprendre quelque chose.) 

Une commande fnac a été passée ( qui arrive d’ailleurs en même temps que la prochaine livraison d’enfant by plane ) mais heureusement, j’en avais un à la maison. 

C’est pas génial ça ?

 « Sa majesté des mouches « . Je lui ai demandé de lire le premier chapitre…. qui fait 38 pages…. Elle me déteste maintenant définitivement !!!! Elle est affalée sur le canapé, souffle, fait de grands gestes, dit que c’est nul une fois par minute, lit 20 pages, referme le livre sans mettre de marque-page ajoutant que oui elle sait parfaitement où elle en est !

Moi, je sais aussi où j’en suis… J’en suis au niveau où j’hésite entre l’envoyer en pension complète dans une école de bonnes soeurs et l’enfermer à la cave avec pour seules occupations son cahier de vacance et son foutu bouquin ! 

Lou-Anne elle avance. Dans le genre j’en ai rien à foutre, elle bombe elle ! 

En 30 minutes, elle a fait 2 pages de son cahier de math, 2 pages de son cahier d’anglais et attaque maintenant son cahier de français. Elle répond aux questions sans même lire ce qu’il faut faire ou relire l’encadré vert qui réexplique les connaissances. 

Résultat : la moitié des réponses sont fausses. Phrases affirmatives, phrases négatives ? C’est tout pareil pour elle, elle ne voit aucune différence… J’essaie donc la méthode pour neuneu

Je mange du chocolat

Je ne mange pas de chocolat… Blablabla

Bref, vous l’aurez compris, l’objectif de ces cahiers de vacances était de les tenir occupées et de maintenir leurs cerveaux en alerte pendant au moins une heure. 

Au final, c’est moi que ça tient occupée pendant presque 2 puisqu’il faut que j’explique tout et que je corrige ! 

Les corrections des cahiers de vacances ne m’ont pas laissé assez de temps pour faire à déjeuner. J’improvise en jetant des trucs sur la table. Ca ne dérange pas le moins du monde mes hyènes qui bouffent tout ce qu’elles trouvent. Comment peut-on manger autant sans rien faire de la journée ? Y a vraiment des mystères que je ne m’explique pas.

Vais-je enfin avoir 2 heures de paix maintenant ?

Pensez-vous…

Le petit groupe que nous sommes reste suspendu au planning de ma grande qui devait aller à la piscine avec une copine. Le ciel s’obscurcit dangereusement, un orage arrive. J’ose dire que tout ça ne me semble pas très raisonnable et que la piscine sera certainement fermée. 

Suit la grande valse des hésitations… Va-t-elle venir chez nous, vais-je emmener Emilie chez elle… 1 heure plus tard, on n’en sait toujours rien. C’est vrai qu’il y a quand même des décisions hyper graves que l’on doit prendre dans la vie qui nécessitent une très grande masturbation intellectuelle. Parfois, cette masturbation est tellement longue…. Qu’on finit seule chez Soi !! Bravo !!! Et un trajet de moins pour maman, un !

Elles passeront le reste de l’après-midi à ne pas savoir où pondre leurs oeufs mes petites cailles, pendant que moi, je me mettrai à jour dans mon repassage.

Seize heure arrive, on ne passe surtout pas à côté du goûter ( hyper important le goûter, à ne sauter sous aucun prétexte ). Je commence à réfléchir au diner ( l’Homme rentrera bientôt du bureau sans gibier et mort de faim ). J’ai envie d’une tarte aux pommes, que je fais donc  dans la foulée ( je n’en mangerai pourtant pas une seule part ). Pendant qu’elle cuit, je me lance dans la préparation de 2 tartes flambées maison ( et oui, on ne se refait pas… Les origines restent ) , puis je fonce chercher Marie-Kyldine à la crèche.

A notre retour, l’Homme est déjà là et rôde… Je le surprend la tête dans le frigo. Je trouve les restes de ses méfaits sur la table. Il a bouffé mon parmesan… 

Les 2 heures suivantes sont mes préférées. MK fait des caprices, ne veut plus manger toute seule, trouve que gémir est un excellent nouveau moyen de communication. 

Je ne peux pas rester 5 minutes assise sans qu’on me demande un truc. 

Mon ado réfléchit à on ne sait quoi en faisant une tête de 10 pieds de long et Lou-Anne raconte des choses dont les subtilités nous échappent totalement (en fait,on n’y bide que dalle ) 

A 21heures, la cuisine enfin vide, le lave-vaisselle en marche, je pose enfin mes fesses en dégainant mon ipad. Pas longtemps en fait. MK hurle. Elle fait maintenant des cauchemars presque toutes les nuits. On se relaye avec l’Homme pour aller la bercer et lui marteler que non personne ne va lui piquer son doudou pendant qu’elle dort.

C’est vrai que c’est chouette d’être en vacances… Encore 77 jours et je rebosse enfin !!!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s