My fabulous urologist

Voilà près d’un mois que je me traine une cochonnerie qui ne dit pas son nom… 

Aujourd’hui, second rendez-vous chez mon urologue. ( au premier, je faisais moins la fière, accompagnée de l’Homme, tordue de douleurs, blanche comme un linge, mes yeux lançant des « help » silencieux)

 Je passe sur la « modernité » largement surfaite de la salle d’attente, vieux papier peint défraichi, fauteuil marron rembourrés tâches, lumière jaune tamisée pour bigleux de longue date… Je passe aussi sur l’âge des patients, retraite avancée voire grabataires, et sur leurs sexes, que des mecs qui ont des problèmes de prostate… 

Qu’est ce que je fous là ???

Au secrétariat, je dérange vraisemblablement la petite nana qui a l’air à fond… Elle checke son Facebook… Ca me parait en effet essentiel! Elle me reconnait ( tu m’étonnes ) et veut savoir si je n’ai toujours pas d’assurance. Comme je n’ai pas envie de m’énerver en lui balançant que si mais qu’ils font du racisme avéré d’assurance étrangère, j’acquiesce. 

Elle me demande ma carte bleue pour en faire l’empreinte, faudrait pas que je parte sans payer…

Je m’asseois et j’attends… 

La nurse arrive : 

– Audi ? 

Audi c’est une voiture, j’ai envie de lui dire… Moi, c’est Aude ! Mais en anglais comme on prononce toutes les lettres, je m’appelle donc Audi depuis juin 2011 ! 

Elle me pèse, encore !!!! On peut pas dire qu’on a grossi et qu’on est pas au courant ici, on vous pèse à chaque rendez-vous…Elle prend ma tension… Elevée… 

– Are you stressed ? Moi, stressée ??? Jamais de la vie, je suis le calme personnifié… et les gants en latex ainsi que la crème lubrifiante posée à côté de toi, me rassurent au plus haut point….

Mon urologue ressemble au grand-père de Jurassic Park, sauf qu’à défaut de cheveux blancs, les siens sont gris… Pour le reste, c’est kit kif… Même sa clientèle ressemble à des dinosaures. Faisons donc un point 

– How do you feel ? Je feel better… sauf que quand je ne prends pas mes médicaments, je feel nettement moins bien. J’ai essayé de ne pas prendre mes cachets mais impossible, une douleur fulgurante me rappelle que si j’ai un traitement, c’est pas pour rien. 

– How many days did you stop them ? Heu… mon coco, c’est pas en days que ça se compte, c’est plutôt en hours… En résumé, je prends mon traitement, des médicaments contre l’incontinence urinaire (???) qui me font du bien, va savoir pourquoi vu que je ne pisse pas encore au lit. 

– Okay, we have a lot of things to discuss… Ah bon ? 

Il se lance papi… Urine du jour : toujours du sang dedans, Echo des reins d’il y a 15 jours : un calcul de 2 millimètres. 

Hein ? Quoi ? 

Pour ceux qui me connaissent un peu (et bien), là ça commence à monter sévère…

Je fais de la tachycardie…( elle peut revenir l’autre pour prendre ma tension, ça va décaper ) 

En 15 jours, personne n’a trouvé le temps de décrocher son putain de téléphone pour m’informer de ça ? Aux cons aussi on leur parle right ? Je crois rêver… 

A défaut de lui mettre une grande claque, je lui fais mon plus beau sourire, j’ai besoin de médocs, je la ferme, c’est le deal… 

Je me mets debout, il me frappe avec ses poings dans les reins et me demande si j’ai mal… Naaaannnn, je suis en acier trempé, je ne sens absolument rien ! 

– You have to drink a lot ! Ben oui, si tu m’avais dit ça il y a 10 jours déjà, j’aurai continué… 4 litres par jour, ça ne s’improvise pas !

Il finit par m’annoncer qu’au vu des résultats, il va devoir faire cet examen qui consiste à remonter avec une caméra dans mon urètre et voir ce qui se passe dans ma vessie. 

Annoncé comme ça, it sounds scary… En vérité, c’est super scary. Je luis annonce tout de gogo que je ne suis absolument pas motivée par son idée, que j’ai fais mes petites recherches sur internet, que c’est un examen super invasif, qui peut donner des infections urinaires et ça, j’en ai franchement pas besoin !!! Il me demande si j’ai fais des études de médecine, je lui réponds que je regarde juste Docteur House… 

Il se marre, c’est déjà ça. Il me laisse quand même 3 semaines pour aller mieux avant d’enfiler ses gants en latex.

Je sors, je paie la modique somme de 250 dollars pour cette little conversation. 

Si je n’ai pas attrapée une pneumonie dans ce cabinet où la clim est poussée à fond, ce sera un miracle !

3 semaines plus tard… 

C’est re-moi… J’ai failli faire une syncope de stress ce matin… Je n’ai rien pu manger, j’ai mal dormi, je suis d’une humeur de dogue et ça, ça ne me ressemble vraiment pas ! 

La secrétaire, toujours la même avec son iphone accroché autour du cou et son facebook qui fait poüet pouët me fait signer un formulaire de consentement pour la petite « intervention » qu’on va me faire subir. 

J’ai super chaud… Heureusement, les Dieux sont avec moi car la clim est à -12… 

La nurse arrive, Audi… blabla… monter sur la balance… tension… toujours élevée, stressée ? Non, toujours pas… 

Elle dégaine de la poche de sa blouse des antibios, du Bactrim en l’occurrence et m’explique que je dois en prendre un ce soir, un demain et un autre je ne sais plus quand, car la little opération donne des infections urinaires. 

J’ai envie de la mordre et de lui déblatérer toute ma hargne mais les mots me manquent in english… 

Je me contente de lui faire une révélation : 

-The doctor said we check the urine first. If it’s good, no operation. 

– Are you sure ? 

– Perfectly sure ! 

Elle remballe ses antibios ( faudrait pas non plus me les laisser, je pourrais me suicider avec ), et me laisse seule dans le superbe cabinet du vieux schock. 

J’analyse la situation : crème lubrifiante, tubes divers, un fauteuil genre cabinet de gynéco avec un simple champ en papier, un froid polaire là dedans… Je pense hygiène… ils sont où les trucs stériles nécessaires à la chose ? 

Je frémis… Non,mon petit père, même si je pisse du sang invisible tu ne me toucheras pas ! 

Il arrive justement old buddy. 

Il ne se lave pas les mains en entrant… 

Il me serre la main d’ailleurs. Dieu seul sait qu’il a bien pu toucher avant… 

Il est méconnaissable mon doctor. 

Il se tape une superbe conjonctivite, sa paupière gauche a triplé de volume ! 

Je regarde ma main droite, je suis projetée dans le film « Contagion », j’ai envie de partir en courant pour me coller sous un jet d’antiseptique. 

-Your urine is fine, no blood ! 

OUF ! 

Déjà que j’étais pas emballée mais avec un oeil en moins, aurait-il trouvé le trou ???? 

Il se serait peut-être même gouré… une fausse route, c’est si vite arrivé !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s