Welcome on board your Delta flight…

Et c’est parti pour 9 heures de pur bonheur dans un avion grand comme une charrette pour Lilliputiens.

Au boarding, y a une petite minette qui a dû passer son enfance dans les jeunesses hitlériennes… Elle vérifie avec grand soin tous les billets pour s’assurer de manière certaine que chaque postulant fait bien parti de la zone qu’elle est entrain d’appeler. Elle en a fait reculer plus d’un cette naine… Pour sûr, elle tiendrait,elle,  dans ces sièges minuscules que DELTA met à notre disposition.

L’Homme a pris des billets en éco… ( à 4000 dollars l’aller-retour en business, y a pas de petites économies ). Premium éco quand même ! 

Ça veut dire que tu as 6 cm de plus pour faire un nœud dans tes jambes. 

Pour le reste, bouffe, siège à 90 degré, taille de la couverture et oreiller pourri, c’est tout pareil !

Cette fois-ci, on est assis côte à côte, dans une allée de 2 sièges. 

A l’aller, chacun avait voyagé seul. On fait toujours ça, l’Homme et moi. D’une part, parce qu’il ne me supporte pas, d’autre part, au cas où l’avion se crasherait, l’un de nous y survivrait, la probabilité que 2 avions se plantent successivement étant extrêmement faible… 

Mais non !!!! je blague… A l’aller, l’Homme avait juste super envie de se taper 4 jours de baby-sitting, seul, avec pour unique mission de s’occuper activement de 3 filles, l’une ado, l’autre pré-ado et la dernière, malade comme un chien avec 40 de fièvre! Avec en plus un audit prévu de longue date dans sa boite, et lui absent, puisqu’à la maison avec mini-Marie hors d’état de se rendre au childcare… Bref ! 

À l’aller donc, mon siège réservé se situe dans une rangée pour trois. 

Tout au bout de la rangée, un micro-monsieur, 1m12 toutes jambes tendues, 2 fois plus maigre que moi ( ça j’aime pas ! ) me fait de grands sourires parce que lui aussi a dégainé son ipad et son casque Bose.

– Nice stuff hein ? qu’il me fait…

Il a de la conversation mini man…

Arrive alors Big Mama et ses fesses 38 tonnes… Elle ne passe pas dans l’allée. Ni de face, ni de profil. Elle pousse, elle tire, elle rassemble son ventre et ses fesses pour se frayer un passage. Tu vas voir, elle va être pour moi celle-là! ( c’est là que je pense à toi Christelle… Je vais avoir l’odeur en plus en plus tu crois ?)

Ca ne rate pas ! Elle se colle (enfin elle essaie ) entre moi et Tom Pouce.

Comme ses bras font une fois et demi la taille de mes cuisses ( qui ne sont pas un modèle de minceur faut être réaliste ), elle piranhise, de fait,  les 2 accoudoirs. 

J’essaie donc de me plier en deux dans le sens de la longueur pour ne pas la gêner et surtout n’avoir aucun contact physique avec elle.

Je vous parle des moments où elle mange la grosse dadame ? Environ toutes les 1/2 heure… Evidemment, elle prendra le plateau-repas, les 3 verres taille américaine remplis à ras bord d’un délicieux merlot sorti tout droit d’une bouteille en plastique, le petit déjeuner bagel-fromage chaud qui coule et café noir… Bref, merci mon casque anti-bruit qui me permet d’étouffer le bruit de ses mandibules.

L’Homme quand à lui s’était retrouvé au milieu d’une bande de motards dégénérés qui n’avaient jamais pris l’avion ( baptême de l’air chouette !), et avaient déjà bien picolé avant d’embarquer. 

Ils ont continué sur cette voie toute la nuit… 

Pourtant, ils avaient proposé à l’Homme un changement de place. Mais l’Homme a refusé, obsédé qu’il est par cette manie lamentable d’être côté couloir. ( on se demande bien pourquoi, il ne fait qu’un mètre 98… Après tout, c’est pas si grand )

Devant son refus,Le motard lui a simplement dit

-J’espère que tu as un bon casque anti-bruit

Le meilleur, mon gars ! Commence à gueuler, il ne t’entendra même pas ! 

Bon, il n’a pas fermé l’oeil de la nuit…il était prévenu…

Bref, ce vol-ci sera meilleur c’est sûr !

Je connais mon voisin, il connaît sa voisine ( et il n’est même pas encore parti en courant)

L’Homme est d’une maniaquerie impressionnante, moi je balance tout là où il y a de la place, c’est à dire parterre.

Chacun sort ses petites affaires. L’Homme a du boulot, il dégaine son PC.

Moi, j’ai définitivement rien à foutre, je dégaine mon iPad blindé de séries, et de bouquins, et mon casque anti-bruit au cas où l’Homme penserait trop fort.

Casque sur les oreilles, on s’écroule comme 2 petites merdes, ( c’est à cause de Julien et Nadine tout ça), et on se réveille une bonne heure plus tard en plein ciel, la tête bien à l’envers…

L’Homme est en bain de soleil…

Je me prépare à être larguée au milieu de l’Alaska…

Delta organise régulièrement des stages de survie en milieu hostile. Pour cela facile, ils poussent la clim à fond et attendent patiemment que tu finisses par crever de froid. Pour que ton cerveau ne s’arrête pas de suite, ils te fournissent une couverture rouge d’une qualité merdique rarement égalée puisqu’elle déteint activement sur tes fringues! 

J’avais pensé à emporter ma paire de chaussettes ( vague souvenir de la business class où on te les fournit),mon gros gilet taupe qui est donc taupe à pois rouge maintenant, mais pas ma couette! Grossière erreur !!! Plus le temps passe, plus il fait froid.

L’Homme, perpétuellement en transe, m’enveloppe dans sa couverture et me frotte le dos pour faire circuler le sang. J’ai des envies de meurtres qui montent…( pas contre l’Homme… Contre le stewart qui essaie de nous refiler ses produits duty-free pendant que tout l’avion se gèle )

C’est l’heure du repas… Je passe mon tour… Rien qu’à l’odeur, j’ai mangé..

L’Homme qui a un estomac en béton armé se lance. Il prend poulet. Il a de la chance. Une seule bouchée et c’est le Crocodile et le Buerehiesel réunis.  

Ses yeux reflètent le contentement de ses papilles. Il me fait trop rire. Il décide de laisser la salade de concombre anticipant à mon avis bien justement la toxicité de la chose.

Je pense aux cochonneries qui sont en soute dans la valise. Je sors une sucette de mon sac. L’Homme me regarde avec un air bizarre, il a l’air d’avoir des pensées pas très catholiques…. Celui là alors, rien ne l’arrête…

Dans la pays de la pudibonderie maximale, c’est combien d’années de taule si on te choppe entrain de faire des trucs non-homologués dans les toilettes ?

À propos de toilettes, je décide de traverser l’avion pour y aller. ( devant nous, il y a bien les toilettes de la business mais je n’ose pas transgresser la consigne : toi pauvre prolo qui n’a pas de fric, c’est là-bas que tu vas pisser !)

À mon avis, y a un petit père qui s’est loupé, il a pas du voir le trou: le sol est mouillé. Je voudrai croire qu’il s’agit d’eau… En chaussettes je suis, j’évite donc…

Le temps passe, l’Homme bosse, je regarde un film ( le dernier Besson pour ceux que ça intéresse), je m’assoupis, l’Homme s’assoupit aussi en oubliant de ranger ses jambes… À chaque passage d’hôtesse, il est bousculé et se réveille. C’est vrai qu’on ne le voit pas mon Homme, c’est un vrai nabaud.

C’est l’heure du goûter, je crains le pire mais je commence à avoir un peu faim…

Je me motive.

Un truc qui ressemble à un sandwich atterri sur mon plateau… Qui ressemble j’ai dit… Parce que c’est chaud et tout mou…

Le truc qui dégage une odeur de rat crevé est en fait un panini… À la purée de tomate ou de ketchup…. Absolument immonde !!! Même en ayant faim, je ne peux m’y résoudre… Et vu l’état des toilettes, on va éviter d’y être appelé. Je le balance. Même l’Homme a l’estomac en béton armé renonce. Avec ça, vous prendrez bien une petite glace non ? Heu, non…

Nouveau stage de survie en cours. Maintenant, on essaie de te fait fondre… A une heure de l’atterrissage, chauffage à fond, you hou !

Allez que je te fous les couvertures rouge pare terre … On enlève les chaussettes, on remet les nu-pieds, on vire l’écharpe, on enlève son pull. Tout l’avion s’y met….

L’Homme qui avait déjà franchement chaud avant, finit par s’endormir ( ou peut-être qu’il est tombé dans le coma) grâce à un beuglard qui hurle dans son casque.

J’ai des crampes, j’ai faim, j’ai envie de faire pipi, j’en ai marre… Je ferai bien une petite séance de kick-boxing sur quelqu’un…

Mais pas le temps… L’Homme se lève d’un seul coup, l’avion a posé ses roues ! 

Comme d’hab, il faudra être les premiers debout pour sortir, courir dans les couloirs, être les premiers au contrôle passeport, les premiers à la douane ( là, on a un peu triché… pendant qu’il récupérait les valises, je faisais la queue ), les premiers dans la voiture !!!!

Au final, on est arrivé à la maison à l’heure où on devait atterrir, trop forts nous sommes !!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s